My horse is like a hollow Digging the ground With heavy sounds My horse is like a spoon Carving the air While breathing out My horse is weeping When it can't prance It would like to embrace Clouds in a final dance I hear its steps My wait is not vain It will bounce Out... Lire la Suite →

L'aurore n'est pas si loin Et le vide que tu crains N'est que l'espace créé en toi Pour faire grandir ce en quoi tu crois Ta noirceur est aussi profonde Que la lumière qu'elle révèle Les larmes qui t'inondent Ne seront jamais de celles Qui t'empêcheront de refaire Jour après jour, un peu plus fort... Lire la Suite →

Savoir que quelqu'un pense à toi, dans une autre dimension. Sentir cette main douce et légère qui te frôle sans la voir pourtant. Il est des présences plus fortes qu'un simple passage. Ces présences qui te rendent attentif au moindre souffle, à la forme des nuages.  Tu ne crois pas : tu sais, tu sens.... Lire la Suite →

Presságio

O amor, quando se revela, Não se sabe revelar. Sabe bem olhar pra ela, Mas não lhe sabe falar. Quem quer dizer o que sente Não sabe o que há de dizer. Fala: parece que mente… Cala: parece esquecer… Ah, mas se ela adivinhasse, Se pudesse ouvir o olhar, E se um olhar lhe bastasse... Lire la Suite →

Au fond, sourire est tout ce qui compte. C'est bien ce que tu m'as laissé comme certitude fondamentale. La lutte est vaine si elle se fait poings serrés. Rester debout en prenant soin de cultiver le bon côté, s'obstiner patiemment, résolument, à chercher et trouver tout le bon que recèlent mêmes les pires moments. Tu... Lire la Suite →

The red glove was appealing Despite its unfitted size My hand waited for storming Each part of its sweet space Gloves are needed When time is cold Hearts always bleed When love is gone Each one of my finger Slightly rose to the tissue Fears melted to snow On a fainted posture Drops of tea... Lire la Suite →

Dans l’écorce poser ma main Essayer d’entrer dans les entrelacs J’ai confondu la peau et l’écho Mêmes lignes mais directions parallèles Impossible de rejoindre un unique réel Alors j’extrais quelques fragments Qui représentent mes dignités Quelques segments de liège blanc Qui scellent de manière inachevée Ce qui meut mon âme Mais échoue à toucher Les... Lire la Suite →

Al l'alba l'intravedo Chiara e solare : la verità - davanti a me. E tu né io non puoi ignorarlo. L'invito al mio tavolo. Mi fa bere :vuole essere sentita. Le sue parole sono quelli che ho già scritto  Allora so che non avevo sognato poiché la verità l'ha detta della sua propria bocca - questa... Lire la Suite →

Avant il suffisait d'un revers de la main. Je crois que l'âge n'assagit rien mais amplifie les moindres échos perçus au tréfonds. On balayait devant sa porte et place nette était faite pour qui suivrait sur le palier. Entretemps, la poussière avait à peine le temps de se déposer. Un passage succédait à l'autre mais... Lire la Suite →

Si le silence en dit si long que la main n'en vaut plus la peine les signes seulement savaient taire à l'endroit toutes les heures perdues - lasse alors ces palabres m'encombrent Des illusions ombres perdues dissolues les travers et les enjambées qu'il faut escamoter pour éviter que le ridicule ne nous tue. Le moineau... Lire la Suite →

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer