Doudou tissu de liens – cartographie de l’intime

C’est un tissu d’innombrables histoires. Et leur épaisseur n’a rien à avoir avec leur durée ni leur intensité. Elle tient l’étoffe contre elle pour tenter de retrouver le fil, ranimer par la trame les instants.

Où se trouve le lien? Dans les mots, dans les gestes ou dans les souvenirs? Dans cette envie parfois tenace de continuer à inventer un futur ensemble?

Rien n’est écrit. Tout se trame en silence, entre les coeurs serrés et les têtes encombrées. Ces corps qui s’approchent, se frottent, se cognent et s’éloignent: des murmures insaisissables. Leurs histoires n’ont d’écho que dans la poitrine.

Et parfois, les échos sont doubles, alors elle se demande si quelqu’un d’autre vit en elle. Quelqu’un qui serait passé du tissu à sa peau, puis de sa peau à son âme.

Il n’y a jamais eu d’heure idéale pour faire l’amour, ou du moins c’est ce qu’elle pensait. Avant de s’apercevoir que l’heure idéale, c’était celle qui arrivait enfin, pas celle qu’on espérait en vain. C’est bien joli de rêver le moment, mais si le temps n’avance pas, à quoi bon? On espère attraper l’instant, l’intensifier, le figer, le ranimer. Plus on espère, plus on recule sans le savoir. Comme si le sablier remontait dans la clepsydre pour revenir au temps zéro, celui de l’infini où tout est lié puisque rien n’existe vraiment.

Où se trouve le temps?

Où se trouve le temps du lien, et le lien avec le temps?

Elle n’appréhende plus aucune dimension comme avant. Les heures et les kilomètres n’ont plus de signification, sauf pour fixer les choses dans la matière et éviter le vertige du tendre chaos.

Alors, sur les quelques centimètres carrés du tissu doudou de liens, elle sait qu’il y a l’empreinte de tout, au-delà de la trame. Elle sent comme tout se recoud à l’intérieur d’elle, cellule après cellule, dans un espace-temps indéfini. Eternel et uniquement instantané à la fois. C’est tout et son contraire. Et c’est précisément ça qui fait chavirer le cours des choses vers l’amour, quand l’indicible se laisser choir au bord du coeur et que le fil du lien se passe des mots.

Points à l’envers, points à l’endroit Social relationships Cartography/Série cartographie des relations 2019
Marion Dorval mariondorval.hoome.blog

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s