Poème de chez soi #5

– 5-

un bord

presque en face

trait d’union

pour rives voisines

une vague impression

le temps synchronisé

sans raison

cheveux en pagaille

jour et nuit confondus

vaille que vaille

aller, même nu

vers l’autre rive

découvrir celui

déjà prêt, à l’abordage

courir vers lui à la nage

presque en face

rejoindre l’autre bord.

#poemederueavignon

#poemedechezsoi

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

Créer un nouveau site sur WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :